Paroisse Saint-René-en-Pays-Segréen Presbytère – 24, rue de La Madeleine – 49500 SEGRE – 02 41 94 41 16 Centre Pastoral – 2, rue Léon Foucault - 49500 SEGRE – 02 41 92 16 49

Relais de Louvaines

Correspondant relais :

Paulette Vaslin – 02 41 61 31 26

EGLISE SAINT-AUBIN

Détruite en partie par un incendie en 1794, l’église paroissiale est reconstruite à partir de 1856 par l’architecte Dellêtre.

La flèche du clocher est achevée en 1866. Cette église en croix latine à clocher-porche en façade présente une nef unique de trois travées, transept, choeur d’une travée droite et une abside à cinq pans. Le deuxième niveau de la façade est percé d’une baie en arc brisé à quatre formes et rose de réseau; elle est entourée dans les travées latérales de deux niches. La flèche est en ardoise.

Les autres baies sont également en arcs brisés, trilobés ou a deux formes aux extrémités des bras du transept. Les verrières de l’abside sont l’oeuvre du peintre-verrier Thierry et furent exécutées entre 1857 et 1859.

On notera également les peintures murales, à dominantes bleue et rose, dans les bras du transept et les nombreuses statues polychromes, en plâtre, présentes notamment dans la nef.

 

CHAPELLE NOTRE-DAME DES ALLEUX

Située au lieu-dit de la Chapelle-des-Alleuds, cettes chapelle fut construiteau XVIIIème siècle et rénovée au cours du XIXème. Le gros oeuvre de la construction est en moellons de schiste mais les rampants du pignon principal et l’entourage de la porte d’entrée sont en pierre de tuffeau. La porte disposant d’un jour carré, un oculus en pignon et une baie passante sur le mur gouttereau facilite l’éclairage intérieur.

 

CHAPELLE DE LA JUDITION

Cette petite chapelle, située au lieu-dit du Haut-plein-pays, date du XVIIIème siècle.

 

 

EGLISE PRIEURALE NOTRE-DAME ET SAINTE-CATHERINE

Cette église, dite de la Jaillette et située au lieu-dit éponyme, fait partie du prieuré Notre-Dame de la Jaillette. Selon Célestin Port le vocable Notre-Dame est connu en 1400 mais l’église est dédiée à Sainte Catherine dans les textes des XVIIème et XVIIIème siècles. La construction de l’église prieurale semble remonter aux XIIème et XIIIème siècles.

Dans la nef, des peintures murales sont datées des XVème et XVIème siècles. Des modifications ont été apportées à la charpente aux XVIème et XVIIIème siècles. Au XIXème siècle, le choeur a été repeint en imitant un appareillage en pierre de taille. Divisée en deux parties inégales, chacune couverte par une toiture à longs pans, l’église de la Jaillette affirme son ancienneté au regard de la mise en oeuvre des matériaux de construction : des moellons de schiste assez réguliers constituent le gros oeuvre des murs et des contreforts qui ceinturent l’édifice; seuls, les deux portails largement ouvragés, et dans une moindre mesure les encadrements des fenêtres hautes, sont réalisés en pierre calcaire et tuffeaux blancs. A l’intérieur on observera la belle charpente à chevrons-portant-fermes, lambrissée en berceau, et quelques vestiges de peintures murales (personnages en motif) datées des XVème et XVIème siècles. Vers l’est, le choeur est couvert par des voûtes d’ogives bombées, dites plantagenêt.

Devant le portail ouest on trouve toujours le petit cimetière clos par des murets en schiste.

 

PRIEURE NOTRE-DAME D’AUGUSTINS PUIS DE JESUITES

L’ensemble prieural de la Jaillette offre un bel exemple d’architecture religieuse du Moyen-Age. Ce prieuré, dit prieuré de la Jaillette dans le lieu-dit du même nom, comprend le logis, le cloître, la salle capitulaire, le logis prieural, l’église (du XIIème et XIIIème siècles) et la ferme. Selon la tradition, la chapelle prieurale aurait été fondée en 1194 par Geoffroy Lostoir, à son retour de croisade. Peu après il en aurait fait don à l’abbaye de La Mélinais, de l’ordre de Saint-Augustin. Donné aux Jésuites de la Flèche en 1607, le domaine est vendu nationalement en 1791.

Les vestiges du cloître et de la salle capitulaire datent des XIIème et XIIIème siècles mais les décors de certains piliers évoquent toutefois des interventions datant du XVIème siècle. Le logis du prieur date du XVIe siècle mais quelques reprises y ont été apportées au cours du XVIIIème siècle.

Au sud, un vaste corps de logis datant du XVIIème siècle fut sans doute construit à l’époque où le prieuré était la propriété des Jésuites. Certaines parties sont aujourd’hui des propriétés privées.

Source : http://www.patrimoine-de-france.org/

Votre prière

Rédigez votre intention de prière.