Paroisse Saint-René-en-Pays-Segréen Presbytère – 24, rue de La Madeleine – 49500 SEGRE – 02 41 94 41 16 Centre Pastoral – 2, rue Léon Foucault - 49500 SEGRE – 02 41 92 16 49

La famille est le sanctuaire de la vie

26 décembre 2018

Pourquoi le pape François encourage-t-il d'une manière aussi forte la « marche pour la vie (et notre Évêque aussi, d’ailleurs !) » ? Cette marche est née en France il y a 12 ans et son modèle s'est répandu dans le monde entier, jusqu'à ce beau jour à Rome où le Pape a fait le déplacement en personne pour lui apporter un soutien de poids …mais pourquoi exactement ? Eh bien c'est sans doute parce que comme l'a enseigné très souvent sainte Teresa de Calcutta, les petits-enfants menacés dans le sein de leurs mères sont les plus pauvres parmi les pauvres : ils n'ont absolument aucune défense. Le soin des tout-petits est une préparation de la paix, disait-elle souvent. Notre Pape insiste beaucoup -tout le monde le sait- sur la défense et le soin des pauvres ! Il y a bien sûr mille manières de prendre soin des pauvres, depuis la conception, jusqu’à la mort naturelle, en passant par les différentes formes de solidarité, portées par tant d’associations et de mouvements qui forcent l’admiration. Je vous encourage à participer cette année à la marche pour la vie le dimanche 20 janvier prochain (j’y serai !), afin que nous puissions faire avancer humblement mais résolument ce que le saint pape Jean-Paul II appelait la « culture de vie » contre les progrès de la « culture de mort », une « culture » qui n'apporte que la tristesse au monde et ainsi cette famille qu’est l’Église sera un ferment de paix pour...

Lire la suite

Semaine de l'Unité des chrétiens

19 décembre 2018

Comme chaque année du 18 au 25 Janvier nous est proposé une semaine de prières pour l’Unité des chrétiens. Le thème de cette année 2019 « Justice et Paix s’embrassent : chemin d’Unité ». Cette année, nous serons en communion avec les Eglises d’Indonésie qui soulignent des situations récurrentes d’injustice dans leurs pays provoquant divisions et conflits. Nous vous convions à la soirée de prière qui aura lieu mercredi 23 Janvier 2019 à 20 H au Centre pastoral de Segré. Cette célébration entend souligner l’importance de passer de nos discours sur l’unité, la justice et la miséricorde, à des actes et engagements concrets d’unité, de justice et de miséricorde dans nos vies personnelles et la vie de nos communautés chrétiennes. Deux textes bibliques sont retenus pour ce temps de prière : Dt 16, 11-20 et Ps 85 (84). Rappelons-nous que l’unité n’est pas l’uniformité mais c’est bien en créant la rencontre et en apprenant à connaître mieux chacune et chacun de nos frères et sœurs chrétiens que nous instituons le mieux vivre ensemble. « Dieu notre soutien, nous te louons pour ton Amour bienveillant, pour ton appui dans les moments d’épreuve, pour la lumière que tu nous manifestes aux moments de ténèbres. Aide-nous à vivre l’unité dans la diversité pour témoigner de notre communion avec Toi, Toi qui es Père ». Je vous souhaite à toutes et tous en communion une bonne semaine de l ’Unité et que la connaissance mutuelle des uns et des autres nous aide chacune et chacun...

Lire la suite

Se faire miséricorde les uns aux autres

12 décembre 2018

Nous avons l'habitude de dire au début de la messe "kyrie eleison"... et dans ce cas précis, nous nous adressons à Jésus pour qu'il nous témoigne de sa miséricorde. Attention !il ne s'agit pas que du pardon des péchés (qui à vrai dire est davantage évoqué au moment du "je confesse à Dieu" ou de son équivalent litanique), car ce mot "eleison" est un mot qui signifie à la fois la tendresse et aussi le fait que Dieu comble la distance qu'il y a entre l'homme et lui, sans quoi l'homme serait incapable de s'approcher de Dieu, tant il est inférieur à son créateur ; c'est ce qu'exprime la Vierge Marie quand elle dit "il s'est penché sur son humble servante"... Cependant, le mouvement de la miséricorde n'est pas seulement celui qui descend de Dieu dans nos cœurs. Il est aussi sans doute le mouvement qui pousse quelqu'un à faire miséricorde à quelqu'un d'autre, autrement dit, comme pour le "cas" de Dieu, se rapprocher de l'autre, lui pardonner les offenses qu'il a pu nous faire et lui faire cadeau de notre tendresse. La soirée du 17 décembre sera évidemment l'occasion de se confesser, mais aussi de profiter de la "prière des frères" et enfin et pourquoi pas l'occasion de s'offrir les uns aux autres une certaine miséricorde, pour contribuer à l'unité dans notre paroisse Père Emmanuel d’Andigné

Lire la suite

Il a fait la paix par le sang de la croix

5 décembre 2018

À la micro catéchèse de dimanche dernier, j'ai tenté de montrer que le sang versé par le Frère Roger le 16 août 2005 était parfaitement dans la logique de sa recherche d'unité, car pour nous la référence en terme d'unité ce n'est pas le frère untel où la soeur unetelle, bien que les deux nous soient utiles pour mieux comprendre le mystère de l'unité : notre référence ultime est bien sûr Jésus lui-même ! Saint Paul nous dit qu'il "a fait la paix par le sang de sa croix" ; l'unité est en quelque sorte le "médicament" qui nous guérit de la division et comme celle-ci, au départ, comporte une certaine forme de violence, la violence que le Pacifique supporte par amour pour les autres est la violence qui est capable d'effacer la violence adverse. Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ a accepté que l'on verse son sang de façon violente pour nous empêcher nous-mêmes d'être violents et que le sang que nous devons verser pour faire l'unité soit plutôt l'humble goutte à goutte de la petite souffrance que j'offre : accepter que mon frère qui est là juste à côté de moi soit si différent de moi ! Celui qui sait passer du temps au pied de la croix de Jésus acquière la "science de la Croix", qui n'est rien d'autre que le dernier chapitre d'un livre dont le premier chapitre est la science de la crèche, où ce petit enfant représentait malgré sa fragilité une grande menace pour les puissants...

Lire la suite

FRUIT DE LA TERRE ET DON DU CIEL

28 novembre 2018

Nous le savons bien, Jésus est vraiment homme et vraiment Dieu et c'est la raison pour laquelle la religion chrétienne sera toujours le résultat d'une union entre l'action de Dieu et la nôtre ; ainsi par exemple, l'Église aura toujours un aspect très humain, la paroisse aura toujours un aspect très humain ... mais quelque chose de divin est déposé dans ce vase d'argile de la paroisse en particulier et de l'Église en général. Ainsi donc, l'unité des chrétiens en général et l'unité de notre paroisse en particulier seront certainement un "fruit de la terre et un don du ciel": cela signifie que cette unité dont nous avons besoin ici chez nous, plus globalement dans l'Église et même dans notre pays ne peut pas être uniquement le fruit de nos efforts ou d'une incantation fervente ... mais avant tout un don de Dieu !Il n'est pas utile ni indispensable de chercher des moyens extraordinaires pour obtenir ce don de Dieu ! Nous avons depuis toujours ces moyens à notre disposition, ils sont tout aussi efficaces qu'ils sont simples : la prière, bien sûr, pour l'unité ; le sacrement du pardon, évidemment, qui produit une unité à l'intérieur de chacun de nous et le sacrement de l'Eucharistie, enfin, qui est le lieu où se retrouvent tant de gens si différents. Si déjà nous mettons en œuvre rien que ceux là ! ... E. d’Andigné curé de la paroisse

Lire la suite

Aimer quoi qu’il en coûte

21 novembre 2018

Le 8 décembre prochain, l'Eglise qui vit en Algérie célèbrera à Oran la béatification de Mgr Claverie et ses 18 compagnes et compagnons, qui ont fait le choix de vivre jusqu'au bout les liens de fraternité et d'amitié qu'ils avaient tissés avec leurs frères et sœurs algériens par amour. Parmi eux, les moines de Tibhirine. Il y a un peu plus de 100 ans, également en Algérie, un autre prêtre, Charles de Foucauld, était tué par un groupe Touaregs. Originaire de Strasbourg, engagé dans la vie militaire, il redécouvre le chemin de la foi à 28 ans : » Aussitôt que je crus qu'il y avait un Dieu, je compris que je ne pouvais faire autrement que de ne vivre que pour lui ». Alors commence pour lui, une longue recherche pour trouver le monastère où il pourra vivre mieux l'imitation de Jésus. Tout au long de sa vie, il se sentira sans cesse appelé à une proximité avec Dieu et à une proximité avec les gens au milieu desquels il vit, tout particulièrement quand il sera au Sahara. Là il cherche à connaître la langue des Touaregs pour pouvoir traduire leurs poèmes et l'Evangile. Tout en vivant l'accueil, son temps est occupé par la méditation de l'Evangile et par de longs temps d'adoration de jour comme de nuit. La définition de sa mission reste simple et est toujours actuelle : « Mon apostolat doit être celui de la bonté ; en me voyant vivre, on doit se dire :'Puisque cet...

Lire la suite