Paroisse Saint-René-en-Pays-Segréen Presbytère – 24, rue de La Madeleine – 49500 SEGRE – 02 41 94 41 16 Centre Pastoral – 2, rue Léon Foucault - 49500 SEGRE – 02 41 92 16 49

Les diptyques du mois de février -épisode 2 : la faiblesse et la force

6 février 2019

On désigne par "diptyque" -en sculpture ou en peinture-deux planches ou deux plaques reliées l'une à l'autre pour former une œuvre où l'une des plaques "répond" à l'autre, soit pour la compléter, soit pour s'y opposer.Il est évident que sur le plan physique, on utilise les mots force et faiblesse pour désigner une puissance musculaire et ce qui en résulte sur ce que l'on peut où peut pas faire selon que l'on est fort ou faible. Remarquons que dans ce domaine, celui qui est fort peut utiliser sa force pour écraser celui qui est faible où que le faible peut utiliser la violence pour compenser les limites de sa faiblesse, on pense par exemple à un tout petit chien qui aboie très fort ;Évidemment, l'aventure de la foi ne fonctionne pas de la même façon que la force ou la faiblesse physiques... l'une des prières de la messe dit que Dieu montre "la preuve suprême de sa puissance lorsqu'il patiente et prend pitié" et Saint Paul dans l'une de ces lettres dit que nous devons faire preuve d'une "autorité pleine de mesure" ; l'exemple de Dieu, si l'on peut dire ainsi, nous instruit donc sur le fait que l'on n'est jamais aussi fort que lorsque l'on domine un accès naturel de violence, que la véritable force pour nous se trouve là, en tous les cas pour les forts !Mais en ce qui concerne les faibles -car il se peut que l'on soit faible pour plein de raisons et dans beaucoup de...

Lire la suite

Les diptyques de février, épisode numéro 1 : 

3 février 2019

Le mot diptyque en sculpture ou en peinture désigne un ensemble de deux plaques ou de deux panneaux qui se répondent, qui se complètent ou qui s'opposent et qui sont unis par une charnière. La sagesse populaire nous dit que le bien ne fait pas de bruit et le bruit ne fait pas de bien : il est très frappant de constater que la création de l'homme,  l'apparition de la vie, la naissance du monde ... se sont faits dans le plus parfait silence ; notez également que la naissance de Jésus a fait finalement peu de bruit et les témoins de la scène étaient fort peu nombreux, hormis dans les cieux, mais personne ne nous a donné le nombre d'anges qui étaient présents ce jour-là ... lorsque Jésus est ressuscité dans la nuit du samedi au dimanche, ce fut dans un profond silence ... bref, si les grandes transformations du monde -et beaucoup de grandes conversions personnelles aussi !- ont eu besoin du silence, il nous faut cultiver cette valeur refuge, nous méfier de ce qui fait du bruit, faire souvent silence, mais non pas pour réaliser un exploit, bien plus pour découvrir une magnifique Présence !Idéalement il nous faudrait donc un polyptyque (4) avec : le silence, la Présence, la Parole et le bruit ... Dieu nous parle lorsque faisant silence nous écoutons sa Parole et que nous goûtons sa Présence. Père Emmanuel d'Andigné

Lire la suite

Fête de la présentation du Seigneur, et de la Vie consacrée

23 janvier 2019

Nous célébrons la rencontre de Siméon avec Jésus présenté au Temple Fête de la Vie Consacrée Nous célébrons la journée mondiale de la Vie Consacrée initiée par Jean Paul II Au jour le jour, hommes et femmes consacrées, nous sommes parmi nos frères et sœurs en humanité, lumière et présence fragile, mémoire de la promesse de notre Dieu. La vocation est le fruit de la rencontre personnelle avec le Christ, Dieu est présent dans nos vies. Il appelle chacun à réaliser pleinement sa vie avec Lui. Toute vocation est réponse joyeuse et généreuse à Celui qui nous aime. Nos vies veulent essayer de montrer l'amour de Dieu pour toutes personnes. C'est le mystère de la rencontre entre Dieu et l'humanité. Comme toute vie chrétienne la vie consacrée est appelée à mettre Jésus au milieu de son peuple. Nombreuses sont les communautés contemplatives et apostoliques qui discrètement , humblement témoignent de cette espérance joyeuse. Chaque jour la Vie Religieuse se crée, s'enrichit, s'entrecroise au service du Christ et de l'Eglise engagée dans un service de "vivre avec", de proximité, de disponibilité.La prière rassemble les communautés, elles offrent la vie du monde proche et lointain avec ses espoirs et ses désirs de paix et de fraternité. Au long de son histoire, la Vie Consacrée a connu bien des bouleversements, elle a dû s'adapter avec générosité et créativité .Aujourd'hui encore, les mutations contemporaines de la société et les cultures déroutent notre monde qui est invité à passer de la peur à la confiance. La...

Lire la suite

Le baptême donne la foi

15 janvier 2019

La fête du baptême est déjà passée et ... comme ça va très vite (trop vite),arrêtons nous encore un instant sur l'extraordinaire réalité de notre baptême! Quelle que soit la forme (ordinaire ou extraordinaire), le premier dialogue qui a lieu le jour du baptême fait un lien entre le baptême et la foi. Voici ce que dit la forme extraordinaire :"que demandes -tu (on s'adresse au baptisé, et le parrain et la marraine répondent pour l'enfant) ? La foi ! Que procure la foi ? La vie éternelle !" Voici ce que dit la forme ordinaire : "quel nom avez vous choisi pour votre enfant ? Un tel ! Que demandez vous pour Untel à l’Église de Dieu ? Le baptême! Vous demandez le baptême pour votre enfant, vous devrez l'éduquer dans la foi... etc ..." Beaucoup de gens estiment hélas que la foi est un positionnement intellectuel par lequel on dit "je crois vraiment, je suis sûr que Dieu existe !"... or la foi est avant tout une relation vivante, un lien d'amour entre Dieu et nous, qui n'attend pas notre «profession» de foi pour être établie fortement. Le baptême nous fait devenir Fils de Dieu : Un papa n'attend pas que son enfant lui dise "je t'aime" pour l'aimer et pour installer une relation très forte et très belle avec lui ; en outre, il est possible qu'un jour, plus tard, son fils lui dise "je ne t'aime plus", ce qui n’empêchera nullement le père d'aimer son fils envers...

Lire la suite

Le vêtement blanc du baptême

10 janvier 2019

Tu as reçu ces vêtements blancs que tu portes, pour signifier que tu as dépouillé l'enveloppe du péché et revêtu les vêtements purs de l'innocence, dont parle le prophète : Tu m'aspergeras avec l'hysope, et je serai purifié ; tu me laveras, et je deviendrai plus blanc que neige.[Ps 51, 8] On le voit en effet, selon la Loi et selon l’Évangile : celui qui est baptisé se montre purifié. Selon la Loi, parce que Moïse employait une touffe d'hysope pour asperger avec le sang de l'agneau.Selon l’Évangile, parce que le Christ avait des vêtements blancs comme neige, quand il fit voir, dans l'évangile de la Transfiguration, la gloire de sa résurrection. Il devient plus blanc que neige, celui dont la faute est pardonnée. C'est pourquoi le Seigneur dit par la bouche d'Isaïe : Si vos péchés sont comme la pourpre, je les rendrai blancs comme neige. Quant au Christ, voyant son Église en vêtements blancs c'est pour elle, dit le prophète Zacharie, qu'il avait pris des vêtements sales ou bien voyant l'âme purifiée et lavée par le sacrement de la nouvelle naissance, il lui dit : Que tu es belle, mon amie, que tu es belle : tes yeux sont beaux comme ceux de la colombe, cette colombe dont le Saint Esprit avait pris l'apparence pour descendre du ciel. Catéchèse de saint Cyrille de Jérusalem aux nouveaux baptisés

Lire la suite

Joyeuse Épiphanie !

2 janvier 2019

"Mais enfin, Mon Père, on dit plutôt joyeux Noël ou bonne année ... ça ne se dit pas joyeuse Épiphanie !" et pourtant il se trouve que Noël et l’Épiphanie sont une seule et même fête, à une virgule près ! Et cette "virgule", c'est que le cercle s'élargit au-delà des dimensions auxquelles les Hébreux étaient habitués jusqu'à l'époque où Jésus est arrivé. Méditer aujourd'hui sur Noël ou sur l'Épiphanie, c'est tout un ... à une virgule près ! Et la "virgule", la voici : il ne faudrait pas que notre connaissance et notre amour de Jésus reste dans le petit cercle des catholiques d'aujourd'hui, mais que des personnes très éloignées puissent se rapprocher non pas de nous mais de Jésus, car personne n'a jamais eu l'idée que les rois mages allaient s'intéresser aux bergers, ou au père, ou à la mère de l'enfant, mais évidemment à l'enfant, à l'enfant Dieu, celui qui donne sens à toute une vie et même à toute une ville (n'y a-t-il pas un grand nombre de villes et de villages dans le monde qui portent le nom d'un saint ou de Jésus lui-même ?). Par conséquent, si nous voulons que les "rois mages" d'aujourd'hui puissent s'approcher de la "crèche" de la paroisse, il faut que nous demeurions tournés vers Jésus et la simple orientation de notre regard indiquera à ces "mages" d'aujourd'hui dans quelle direction il faut regarder, et qu'ils se sentent attirés par Jésus ... pas par nous, bien sûr ! Père Emmanuel d’Andigné...

Lire la suite