Paroisse Saint-René-en-Pays-Segréen Centre Pastoral – 2, rue Léon Foucault - 49500 SEGRE – 02 41 92 16 49 / Presbytère – 24, rue de La Madeleine – 49500 SEGRE – 02 41 94 41 16

La lettre à Proba

18 juin 2021

Le célèbre Saint-Augustin (394-430) a écrit une longue lettre à une certaine Proba, alors que celle-ci s'interrogeait sur l'art de la prière. Il se trouve par ailleurs que le pape Benoît XVI a déclaré pendant son pontificat, dans l'une de ses formules dont il avait le secret : "les chrétiens au 21e siècle se distingueront par l'art de la prière". Je vous recommande donc de profiter de l'été qui naît pour parcourir cette lettre remarquable, qui est assez courte, très claire, et ainsi grandir dans l'art de la prière. Faites-le gratuitement, pour vous-mêmes, et parce que ce sera bon pour votre amitié avec le Seigneur... et aussi pour rendre un immense service à ceux qui vont chercher un sens, un contact avec Dieu, une explication qui en fait n'en n'est pas une, car ce n'est pas tant d'explications dont nous avons besoin, que de la présence de Dieu qui nous aime, et qui établit mystérieusement une amitié avec nous ; voici le tout début de cette lettre qu'on trouve facilement sur Internet "1. Je me rappelle que vous m'avez demandé et que je vous ai promis de vous écrire quelque chose sur la prière : grâce à Celui que nous prions, j'en ai le temps et le pouvoir ; il faut donc que je vous paye ma dette et que je serve votre zèle pieux dans la charité du Christ. Je ne puis vous dire combien je me suis réjoui de votre demande même ; elle m'a fait connaître quel soin...

Lire la suite

Offrir une messe ?

10 juin 2021

Commençons par donner le cadre : Notre Seigneur bien-aimé Jésus, le Christ, a offert une fois pour toute sur la croix le Sacrifice qui sauve le monde, car il est vraiment Dieu et vraiment homme, véritablement capable et seul capable de faire que Dieu sauve l'homme. Ce sacrifice est renouvelé de façon non sanglante par la messe, et c'est donc l'offrande de Dieu, si on peut dire. L'offrande des fidèles, quant à elle, est donc avant tout une offrande spirituelle : chaque fidèle s'associe au grand sacrifice de Jésus en s'offrant lui même, à l'instar de la goutte d'eau que le prêtre verse dans le calice de vin (le vin représente le sacrifice de Jésus). Depuis la nuit des temps, cependant, les fidèles profitent de l'occasion d'une messe (ou un baptême ou autre) pour aider les prêtres et les paroisses "à vivre" : selon les cultures, ce sont des dons en nature ou de l'argent... mais quel que soit le moyen, il s'agit de réalisme spirituel, et vous êtes nombreux à en faire preuve, grâce au panier du presbytère, la quête, le denier et ... l'offrande de messes ! Et c'est là que nous revenons au point de départ : lorsque l'on demande qu'une messe soit célébrée pour un défunt ou pour des personnes vivantes, on contribue à ce que cette personne bénéficie directement de la grâce du sacrifice de la messe, ce qui est donc un énorme cadeau pour elle ! Je vous encourage donc beaucoup à faire dire des...

Lire la suite

Quelques phrases du Saint Curé d'Ars sur l'Eucharistie

2 juin 2021

« Qu’est-ce que le Seigneur fait dans le tabernacle ? Il nous attend. » « Dieu ne peut se résoudre à nous laisser seuls sur la terre. Il descend sur nos autels où Il nous attend nuit et jour. » « Dieu n’a pas besoin de nous : si Dieu nous commande de prier, c’est qu’Il veut notre bonheur, qui ne peut se trouver que là ; Il nous aime tant qu’il se réjouit lorsque Il nous voit venir. » « Il est là ! Oui mes frères, Notre Seigneur est là, exposé sur l’autel, oui ! » « Il n’y a pas de sujet de doute que Notre Seigneur est dans la Sainte Eucharistie, on sait bien qu’Il y est, on le sent bien. » « Si nous étions pénétrés de la présence de Notre Seigneur, qui est là, sur nos autels, avec ses mains pleines de grâces, cherchant à les distribuer, avec quel respect nous serions à Sa Sainte Présence ! » « Notre Seigneur est là dans le sacrement de son Amour, qui soupire et intercède sans cesse auprès de son Père pour les pécheurs… Il est là pour nous consoler… Lorsqu’il voit venir avec empressement les âmes pures, Il leur sourit. Allons mon âme, redouble d’ardeur ! Tu es seule pour adorer ton Dieu. Ses regards se reposent sur toi seule. »

Lire la suite

Le casse-tête de la Trinité

28 mai 2021

La plus mauvaise façon d'aborder le mystère de la Sainte-Trinité est de considérer chacune des personnes divines, le Père le Fils et le Saint- Esprit comme des nombres, qu'on ajoute ou que l'on divise ou que l'on multiplie ... une très belle façon d'aborder le mystère de la Sainte Trinité est d'entrer en contact avec elle, comme l'a si bien fait la bienheureuse Élisabeth de la Trinité (1880-1906) ! je vous suggère de découvrir cette sainte, qui est de Dijon, et qui évidemment a écrit beaucoup de choses sur le mystère de la Sainte-Trinité mais qui surtout a vécu concrètement une prière qui la mettait en relation avec le Père, avec le Fils, avec le Saint-Esprit, à la fois tour à tour et dans son ensemble, qui est l'unique Dieu. Ce n'était pas de la théologie, c'était une expérience simple dans la prière. Cette berrichonne passera sa vie à Dijon où son père militaire avait été envoyé en garnison. Elle est très vive, passionnée, coléreuse. Elle a sept ans quand meurt son père. C'est un drame pour elle et elle veut se convertir, soutenue par sa mère qui l'aide à lutter contre son caractère difficile. Dans la bonne société dijonnaise, c'est une charmante jeune fille, premier prix de piano, recherchée par les bonnes familles pour l'un de leurs garçons. Mais elle a choisi une autre orientation pour sa vie. Elle veut vivre 'en oraison continuelle', puisque Dieu est présent en son cœur. Malgré l'opposition de sa mère, elle peut entrer au...

Lire la suite

« Le sacerdoce, c'est l'amour du coeur de Jésus. » St Jean- Marie Vianney

20 mai 2021

Né à Versailles et aîné d’une fratrie de trois, j’ai deux petites soeurs mariées (l’une l’a été par l’abbé d’Andigné !) et 5 neveux et nièce, dont Élie qui compte beaucoup pour notre famille et qui est atteint d’une maladie génétique rare. Installée un temps à Cholet pour le travail, toute ma famille vit désormais en Vendée, principalement dans le fief familial auquel nous sommes très attachés. C’est au cours de mes années d’études universitaires en Sciences Économiques que je me suis interrogé sur ma vocation. Après une année de propédeutique à Lourdes et une année dans une communauté religieuse qui se créait dans le même diocèse, j’ai effectué mon service militaire comme marin à Toulon. Toutes ces expériences m’ont aidé à discerner le lieu d’enracinement de ma vocation : le diocèse d’Angers ! Alors, je suis entré quelques jours après les JMJ de 1997 au séminaire St-Jean à Nantes. Ordonné prêtre pour le diocèse d’Angers le 29 juin 2003, Mgr Bruguès et Mgr Delmas m’ont nommé 7 ans vicaire à Angers : La Madeleine-du-Sacré-Coeur et St-Léonard (4 ans) et St-Lazare-St-Nicolas (3 ans) puis curé de la paroisse St-Paul-en-Baugeois (Seiches/Loir et les 11 autres villages - 3 ans). À la suite de ces ministères paroissiaux, Mgr Delmas m’a envoyé faire des études en Droit Canonique à Paris. Pour le ministère, le Cardinal Vingt-Trois me nommait alors chapelain à la basilique du Sacré-Coeur à Montmartre où j’étais chargé de la liturgie du sanctuaire comme cérémoniaire. Auprès du Coeur Sacré de Jésus et...

Lire la suite

« Lettre à Diognète » (vers 190 après JC)

15 mai 2021

Les chrétiens dans le monde Les chrétiens ne se distinguent des autres hommes ni par le pays, ni par le langage, ni par les coutumes. Car ils n'habitent pas de villes qui leur soient propres ; ils n'emploient pas quelque dialecte extraordinaire, leur genre de vie n'a rien de singulier. Leur doctrine n'a pas été découverte par l'imagination ou par les rêveries d'esprits inquiets ; ils ne se font pas, comme tant d'autres, les champions d'une doctrine d'origine humaine. Ils habitent les cités grecques et les cités barbares suivant le destin de chacun ; ils se conforment aux usages locaux pour les vêtements, la nourriture et le reste de l'existence, tout en manifestant les lois extraordinaires et vraiment paradoxales de leur manière de vivre. Ils résident chacun dans sa propre patrie, mais comme des étrangers domiciliés. Ils s'acquittent de tous leurs devoirs de citoyens, et supportent toutes les charges comme des étrangers. Toute terre étrangère leur est une patrie, et toute patrie leur est une terre étrangère. Ils se marient comme tout le monde, ils ont des enfants, mais ils n'abandonnent pas leurs nouveau-nés. Ils prennent place à une table commune, mais qui n'est pas une table ordinaire. Ils sont dans la chair, mais ils ne vivent pas selon la chair. Ils passent leur vie sur la terre, mais ils sont citoyens du ciel. Ils obéissent aux lois établies, et leur manière de vivre est plus parfaite que les lois. Ils aiment tout le monde, et tout le monde les persécute....

Lire la suite