Paroisse Saint-René-en-Pays-Segréen Centre Pastoral – 2, rue Léon Foucault - 49500 SEGRE – 02 41 92 16 49 / Presbytère – 24, rue de La Madeleine – 49500 SEGRE – 02 41 94 41 16

Le virus de la confiance contre celui de la peur

17 mars 2020

Cette épreuve que nous connaissons aujourd'hui touche indifféremment les croyants et les autres … cependant, la question que nous pourrions nous poser est la suivante : quel rôle pouvons-nous jouer avec les armes spécifiques de notre foi contre l’expansion du virus ? Tout d’abord, évidemment, en prenant soin les uns des autres, par tous les moyens possibles ! Mais on peut aller plus loin … Comme chacun sait, un vaccin est un produit nocif mais bien dosé qui a pour caractéristique qu’il « agresse »  l'organisme, obligeant alors celui-ci à se défendre et lorsque le virus que l’on craignait arrive, il trouve un organisme plus agressif et donc plus fort que lui : autrement dit, le vaccin stimule nos défenses immunitaires. Il nous faut donc diffuser spécialement le vaccin de la confiance ! Confiance dans les autorités, confiance dans les professionnels de santé, et confiance en Dieu ! Combien de fois sommes-nous passés devant le tableau de sainte Faustine « Jésus j'ai confiance en toi », mais sans le regarder vraiment, car nous avions l’impression à ce moment-là que rien ne pourrait nous arriver … Demandons à Dieu une grâce de confiance en lui, de joie, même, car nous sommes dans sa main, que nous soyons malades ou en bonne santé, que nous soyons encore en voyage dans ce monde ou dans l’éternel repos : rien n’empêchera jamais notre Dieu de nous aimer ! Il ne faut pas hésiter non plus à demander à Dieu de nous protéger et d'agir pour...

Lire la suite

L’Esprit de Jésus

14 mars 2020

Comme c'est bien évident pour tout le monde, le carême dure 40 jours en raison du fait que Jésus a passé 40 jours dans le désert. L'Eglise n'a rien de mieux à faire que d'imiter le Fils de Dieu, dire ce qu'il a dit, faire ce qu'il a fait, prolonger dans le monde d'aujourd'hui la grâce merveilleuse de son passage sur la terre ; le cardinal Journet disait : « l'Eglise, c'est le Christ continué. » Par conséquent, lorsque nous parlons du Saint-Esprit, il s'agit de l'Esprit de Jésus, il s'agit de l'Esprit que donne Jésus, il ne s'agit pas de l'Esprit « en soi », indépendamment de Jésus, un Esprit qu'on pourrait recevoir en se tournant vaguement vers une divinité vague : nous nous tournons vers Dieu, tel que Jésus nous l’a enseigné, le Père, le Fils et le Saint-Esprit ! Depuis le jour historique où l'Esprit reposa visiblement sur Jésus –le jour de son baptême --, on peut dire que l'Esprit repose invisiblement sur chacun de nous et nous conduit au désert ; au « bout » de ce désert, on trouve notre Terre Promise à nous qui est le ciel. L’action du Saint-Esprit pendant le carême peut être comparé à un sac à dos à la fois léger et très solide, qui accompagne chacun des mouvements du corps du marcheur (puisque l’Esprit a « collé » à la « peau » de Jésus durant son passage sur la terre et s’est « fait » à un dos humain),...

Lire la suite

L'acteur invisible

7 mars 2020

Dans un film, normalement, il y a les acteurs principaux, les secondd rôles et les figurants ; dans les pièces de Molière, le rôle principal est tenu par le personnage qui semble au centre de la scène, mais on sait bien que les domestiques, par exemple, jouent un rôle essentiel et donnent le point de vue de l’auteur et celui qui devrait être celui du spectateur à la fin de la pièce … Dans la vie spirituelle, je suis comme l’acteur principal d’un film, tout tourne autour de moi… cependant,  discrètement, un Acteur essentiel réalise ce que le « héros » ne pourrait pas réaliser, encore plus discret que les domestiques de Molière, bien plus efficace, en vérité ! C’est vraiment ce qui se passe dans la Transfiguration : ce phénomène est le résultat du « passage » de l’Esprit Saint à travers le visage humain de Jésus et même à travers son vêtement ; la nuée dont il est question est aussi une manifestation de l’Esprit de Dieu, comme l’enseignent les Pères de l’Eglise; toute la scène est trinitaire, alors qu’on ne mentionne jamais l’Esprit, mais seulement le Père et le Fils. Eh bien croyez-le, Fils et Filles bien-aimés de Dieu votre Père : à chaque messe, vous êtes transfigurés ! A chaque fois que vous priez (ou « montez sur la montagne», pour prendre l’expression de l’Evangile), vous êtes transfigurés! Quand vient l’effusion de l’Esprit, vous êtes transfigurés ! Il est heureux que nous soyons ici Abbé E. d’Andigné...

Lire la suite

Le grand acteur du Carême

28 février 2020

Peut-être avez-vous entendu parler de la grande bataille qui a propposé Saint Augustin (354-430) à un moine hérétique appelé Pélage (360-420) : ce fameux Pélage était un homme tellement ascétique et tellement capable d'une perfection morale par lui-même qu'il finit par décréter que Dieu avait si bien créé l'homme que celui-ci pouvait sans une grâce de Dieu supplémentaire parvenir à la perfection évangélique … Saint Augustin s'est inscrit en faux contre cette hérésie, qui n'est pas morte aujourd'hui, car elle est toujours prête à resurgir de notre cœur à cause de l'orgueil : nous aurons toujours, quelles que soient nos qualités, besoin de la grâce de Dieu, besoin de Dieu ! Le grand acteur du Carême, c'est le Saint-Esprit ! Quant à nous, nous sommes en quelque sorte « à côté de lui », acteurs nous aussi, pour écrire ensemble une nouvelle et belle page de notre histoire sainte : invoquons le Saint-Esprit dès le début de ce Carême, afin que ce dernier soit réussi et que peu à peu le mystère de Pâques fasse son entrée en nous et nous transforme. Le Saint Esprit a poussé Jésus au désert, c’est lui qui s’est manifesté au baptême, il habitait Jésus lorsqu’il prêchait, … et c’est encore lui qui fut l’artisan de sa Résurrection : en nous aussi, il continue son œuvre. Lorsque nous aurons fêté Pâques, de mardi en mardi (une erreur s'est glissée dans le l'édito du 9 février …le parcours de préparation à l’effusion de l'Esprit Saint aura lieu...

Lire la suite

La Parole de Dieu, bonne nourriture pour le Carême

20 février 2020

Mercredi prochain, avec la célébration des cendres, nous entrerons dans le temps liturgique du Carême. Un peu comme une retraite de 40 jours où nous sommes encouragés par l'Eglise à nous recentrer sur l'essentiel de notre foi chrétienne, à retrouver la source de notre baptême pour fêter à nouveau dans la joie le Christ ressuscité, vainqueur du mal, du péché et de la désespérance. Pour vivre au mieux cette marche vers Pâques, c'est bon de redécouvrir l'importance de la prière, du silence, du jeûne et du partage pour nous désencombrer le corps et l'esprit. C'est bon aussi de prendre du temps pour nous nourrir de la Parole de Dieu des dimanches de Carême. Comme ces 3 dernières années, je propose une rencontre tous les mardis de Carême de 20 h à 21 h 15 au  presbytère de Combrée. Nous nous intéresserons aux 2 premières lectures de chaque dimanche pour essayer de mieux les comprendre et pouvoir ainsi retenir quelques points d'attention pour la semaine suivante. Pour mieux participer, pour ceux qui en possèdent, il est bon d'apporter le missel du dimanche, ou Prions en Eglise, ou Magnificat ou...... La 1ère rencontre a lieu le 25 février, puis les 3, 10,17, 24 et 31 mars. Abbé Jean Roullier

Lire la suite

La mission et le miel

12 février 2020

Après avoir eu la joie d'accueillir les Wemps et plus récemment nos frères franciscains, la question qui se pose naturellement à nous est la suivante : et maintenant, qu'allons-nous faire ? Eh bien tout d'abord imitons les abeilles : faisons notre miel de ces quatre weekends de mission que nous avons vécu entre le mois d'octobre et le mois de février. Les « fleurs » de la mission, ce sont les bons moments que nous avons vécus, les expériences fortes, les  découvertes que nous avons faites, et notamment sur la beauté et la richesse de cette communauté paroissiale de Saint René, dont les missionnaires m'ont parlé régulièrement. Et puis nous nous souviendrons de ce que le père Jean-François nous a dit dimanche : « L'évangélisation consiste à partager Les merveilles que Dieu a faites dans notre vie. » Ce n'est pas une définition de dictionnaire, c'est une approche de la mission, qui fait de nous les hérauts de l'Amour de Dieu pour la terre. Plus concrètement, nous allons bientôt connaître la grande retraite du Carême et puis fêter la résurrection de Jésus dignement à Pâques : ainsi, cette fête principale nous fera revivre le « concentré » des merveilles de Dieu, dont nos expériences personnelles de Foi ne sont que des échos. Dans le souffle de cette grande fête, nous allons nous préparer à « l’effusion de l'Esprit Saint » durant un parcours de 5 mercredi (du 28 avril au 30 mai) ; ainsi nourris du  « miel missionnaire » et...

Lire la suite