Paroisse Saint-René-en-Pays-Segréen Centre Pastoral – 2, rue Léon Foucault - 49500 SEGRE – 02 41 92 16 49 / Presbytère – 24, rue de La Madeleine – 49500 SEGRE – 02 41 94 41 16

Qui évangélise ?

13 juin 2020

Pour répondre à cette question -qui a l'air simple mais qui ne l'est pas tant que ça- il faut procéder en trois étapes. Premièrement, celui qui évangélise, c'est l'évangile lui-même ! La proclamation de la bonne nouvelle de la résurrection de Jésus contient en elle-même une puissance qui n'est pas exactement la puissance du texte, des mots ou des versets, mais plutôt la puissance de la Parole de Dieu : quand Dieu parle, le phénomène est en lui-même puissant, c'est évident ! Dans un deuxième temps, il faut dire que ce que l'on appelle "Parole de Dieu" est en réalité trois choses distinctes et complètement liées les unes aux autres, à savoir l'Écriture Sainte (ou la Bible si vous préférez), la Tradition et le magistère : c'est le fameux réflexe ETM dont je vous ai parlé plusieurs fois ; on voit bien ce qu'est la Bible ... la Tradition, elle, est la façon dont l'Église a transmis (tradere, en latin) le texte biblique de façon juste et équilibrée époque après époque et dont l'exemple le plus connu est l'homélie ; quant au magistère, c'est la façon dont le pape et les évêques veillent sur la qualité de la transmission des Saintes Écritures ; à bien y regarder d'ailleurs, la Bible elle-même s'est constituée par tradition et sous le magistère des premiers évêques qu'étaient les Apôtres. A travers Écriture Tradition et magistère, c'est Jésus lui-même qui s'adresse à nous et voilà pourquoi cette parole est puissante et qu'elle constitue en elle-même la...

Lire la suite

Du mois de Marie au mois de Jésus

5 juin 2020

Aussi sûr que le dimanche fait suite au samedi, l'amour et la connaissance de Jésus font suite à la piété mariale : On n'a jamais vu un véritable ami de la Sainte Vierge, comme l'a enseigné et vécu Saint Louis Marie Grignon de Montfort, qui ne soit devenu très vite un "véritable disciple" de Jésus, expression chère au Père Chevrier, fondateur du Prado. Le mois de Juin pourrait être surnommé "le mois de Jésus" : un mois durant lequel par exemple on demanderait à Dieu la grâce de ne pas traiter Jésus comme un objet intellectuel, même de Foi, mais comme une personne que l'on apprend à découvrir en la fréquentant souvent, chaque jour dans la prière ; le livre des Psaumes nous apprend à "chercher la face de Dieu", c'est-à-dire à ne pas s'habituer aux personnes, mais à les découvrir comme un mystère toujours plus grand et plus beau ! Nous n'oublierons pas non plus, pendant ce mois de juin, que Jésus a montré son cœur à une religieuse, au XVIIeme siecle, sainte Marguerite-Marie Alacoque, pour révéler les profondeurs de sa tendresse pour les hommes : "voici ce cœur qui a tant aimé les hommes" ... Au fond, le mois de juin fera de nous les missionnaires de la tendresse de Dieu ! Abbé E. d’Andigné, curé de la paroisse

Lire la suite

S.V.P. privilégiez le virus de la mission

27 mai 2020

Depuis plusieurs jours, nous sommes en train de sortir du confinement. Pour beaucoup, c'est un moment de soulagement et de libération, même si certains restent encore méfiants. Dans des familles, ce fut une occasion de rapprochement pour chercher à mieux vivre ensemble, et resserrer les liens d'affection par des discussions et des activités communes; pour d'autres, ce fut même un temps fort de vie spirituelle par les lectures bibliques et la prière. La prière est une démarche vitale pour les chrétiens afin d'entretenir notre relation à Dieu, de lui exprimer notre amour et notre confiance . C'est aussi un moment où nous pouvons le supplier pour nous-mêmes, pour nos frères et sœurs qui souffrent ou qui sont inquiets pour leurs familles. Nous pouvons également exprimer notre action de grâce pour les actes de dévouement et de solidarité qui ont réjoui ceux qui en ont bénéficié depuis le début de la pandémie. Et dimanche dernier, la bonne nouvelle est venue: nous allions pouvoir vivre l'Eucharistie ! Par peur de subir le même sort que Jésus, les apôtres s'étaient confinés dans la prière et le rappel de ce qu'ils avaient avec Jésus qui était passé de la mort à la vie nouvelle de ressuscité. Poussés par le souffle de l'Esprit-Saint, ils sont envoyés au large pour annoncer que le Christ ressuscité est plus fort que la peur, le mal et la désespérance. Ils posent ainsi les 1ères pierres de la communauté "Eglise". C'est à nous, en cette "mémorable année 2020" (!) de continuer...

Lire la suite

Un temps pour tout,….et pour tous

23 mai 2020

Les temps s’enchainent et se succèdent. Après le temps du confinement, le temps du déconfinement. Et pendant ce temps, nous les chrétiens, nous avons vécu les temps liturgiques : le temps ordinaire, le temps de carême, le temps pascal, le temps de l’ascension pour nous diriger vers le temps de pentecôte. Le temps suit son cours. Certains ont trouvé le temps long pendant que d’autres ont manqué de temps pour se consacrer à leurs tâches. Les temps de rencontres ont du être annulés : pèlerinages, fêtes de familles, anniversaires, rencontres sportives, associatives, ludiques. Le beau temps était pourtant souvent au rendez-vous mais ces temps ne nous étaient pas permis, ni offerts. Les temps de sacrements ont du être reportés : Eucharistie, Baptêmes, Mariages, Ordinations. Et puis, d’autres temps nous ont marqué car ils se sont imposés : le temps des adieux ou des au-revoir. Plus que jamais, le temps nous a parfois surpris, ne nous laissant pas le temps de saluer celle ou celui qui nous était cher, pas le temps de témoigner à la famille notre soutien et notre affection, pendant que les proches et la famille vivaient un temps douloureux, un temps de solitude et de souffrance… Oui, car un temps où l’on a tant besoin de soutien qui se traduit par une église vide : c’est un temps de souffrance. Curieux temps que nous avons vécus là. Dans son Exhortation apostolique Evangelii Gaudium, le pape François nous dit « Le Seigneur lui-même en sa vie terrestre a fait...

Lire la suite

APRES- CONFINEMENT

14 mai 2020

Après-confinement : qu’est-ce à dire ? D’abord, après le 11 mai, nous ne sommes pas complètement à l’abri du virus. Pour que l’épidémie soit vraiment maîtrisée, ne faudra-t-il pas trouver un vaccin ou un traitement, ou les deux? Mais nous ne pouvions pas vivre éternellement confinés : des entreprises sont en danger, des enfants végètent entre quatre murs, des familles risquent d’être fragilisées. Quant à nous chrétiens, même si nos pasteurs s’ingéniaient à établir une certaine communication avec les paroissiens, il y avait un certain malaise à être réduit à prier chacun chez soi, individuellement. La vie communautaire à laquelle nous étions habitués nous manquait. Ce qui ne veut pas dire qu’après un certain déconfinement, ce sera toujours facile de réintégrer notre place dans les églises, après un délaissement prolongé de deux mois. Alors, même si nous sommes convaincus que nous avons à reprendre cette vie communautaire, ne nous faudra-t-il pas un certain effort, tout en continuant, bien sûr, de prendre des précautions ? Que l’Esprit-Saint, dont nous attendons l’effusion à la Pentecôte, nous inspire les attitudes à avoir, les gestes à faire, surtout les convictions à nous redire sur la nécessité de prier ensemble, tout particulièrement le dimanche Abbé Roger Piffard

Lire la suite

Effusion de l’Esprit Saint

8 mai 2020

Nous devions, à partir du 28 avril dernier, nous préparer ensemble, par une série de 5 catéchèses sur l'Esprit Saint, à une soirée de prière prévue le 30 mai, dont le surnom était "effusion de l'Esprit Saint" : puisque les circonstances nous empêchent de vivre les choses comme nous l'avions prévu, faisons contre mauvaise fortune bon cœur ! Il y aura donc deux préparations à cette effusion de l'Esprit : la première va se dérouler dans le secret de nos cœurs et de nos maisons, jusqu'au 30 mai, veille de Pentecôte ; nous allons demander en effet au Saint-Esprit de descendre, non seulement sur chacun de nous comme dans une sorte de Pentecôte personnelle, mais aussi de descendre sur notre paroisse, afin qu'elle devienne une famille missionnaire et joyeuse ! Ensuite, lorsque ce sera plus simple de nous réunir en toute liberté au mois de septembre et au début du mois d'octobre, nous proposerons les 5 catéchèses prévues au mois de mai et nous vivrons ensemble une soirée de prière de louange et de supplication qui va en quelque sorte nous lancer dans une nouvelle année pastorale, plein de promesses. Le Saint-Esprit, qui est l'amour de Dieu est une réalité gratuite, et c'est pourquoi Dieu la donnera quand il voudra et de la manière qu'il voudra, quels que soient nos plans et nos mésaventures ... viens Esprit-Saint ! Abbé E. d’Andigné, curé de la paroisse

Lire la suite