Paroisse Saint-René-en-Pays-Segréen Presbytère – 24, rue de La Madeleine – 49500 SEGRE – 02 41 94 41 16 Centre Pastoral – 2, rue Léon Foucault - 49500 SEGRE – 02 41 92 16 49

1 mai 2018

Joie ! Étonnement ! Émerveillement ! Joie d’avoir représenté la paroisse St René Goupil à l’assemblée synodale et de me savoir soutenue par des amis de la paroisse ! Joie de m’être retrouvée avec 300 chrétiens, aux charismes divers, venus des quatre coins du diocèse pour une seule et même raison : celle de participer pleinement à la définition des nouvelles orientations missionnaires pour notre Église d’Anjou pour les 10 années à venir ! Joie de constater combien chacun avait à cœur de partager son point de vue, de participer au débat, d’amender les propositions, de procéder à des choix… ! Joie des petites poses qui ont permis de s’aérer, d’échanger et de revoir des personnes connues ! Étonnement quant à l’organisation de la journée : gestion du temps, animation des groupes et de la plénière, aspects conviviaux et matériels… une réactivité à chaque instant. Un vrai challenge réussi ! Étonnement quand il a fallu rédiger de nouvelles motions ou modifier des propositions : chaque mot compte. Il est « pesé », validé et parfois « passé » au Code du Droit Canon ! Étonnement à propos des échanges sur « le qui fait quoi et à quelle place ? » : découverte de l’organisation interne de l’Église (paroisse, doyenné..). Pour certains, cela pouvait paraître loin des préoccupations : une personne en est même venue à évoquer le « mille-feuille » !. Émerveillement à propos de la gravité mais aussi de la joie que les participants à la plénière ont montré...

Lire la suite

ÉCOUTER, DISCERNER, VIVRE

25 avril 2018

Voici un "programme" qui nous vient du Pape François pour que la démarche synodale du diocèse porte tous ses fruits. Nous écoutons évidemment Dieu avant toute chose et c'est la raison pour laquelle la grande affaire de la démarche synodale c'est la prière ; mais nous écoutons Dieu à travers aussi les frères et sœurs du diocèse, car Dieu habite en chacun de nos cœurs et meut en quelque sorte nos esprits et nos intelligences pour peu que nous lui laissions faire quelque chose en notre âme ...   Écouterenfin sera l'exercice que nous ferons lorsque l'évêque nous écrira une lettre pastorale après avoir écouté Dieu dans la prière et à travers ses diocésains : il nous demandera de l'écouter lui, successeur des apôtres, afin que nous puissions à travers sa voix,dans sa voix, malgré les imperfections de sa voix, écouter Dieu ! Notre évêque va donc d'abord discerner ce qu'il faut nous dire parce que venant effectivement de Dieu, et ensuite nous discernerons ce qu'il convient de faire concrètement dans notre Paroisse pour que Jésus soit connu et aimé du plus grand nombre ! Évidemment, le premier acte d'évangélisation (le premier pas le seul) est la qualité de la vie de chacun d'entre nous et la qualité de nos relations, de sorte que l'on puisse avoir le désir de faire partie d'une communauté joyeuse et évangélisatrice.

Lire la suite

Être pasteur à la suite du Christ

17 avril 2018

Abbé Jean Roullier Ce dimanche de prière pour les vocations nous rappelle que nous sommes tous appelés à la sainteté. Nous la vivons différemment selon notre vocation. La mission des prêtres est redite par le concile Vatican II: annoncer l’Évangile à tous les hommes, présider la célébration des sacrements, être à l'image du Christ Bon Pasteur en guidant les chrétiens pour qu'ils rencontrent Dieu et construisent l’Église dans le monde. Pour moi, depuis 50 ans, en raison des missions confiées, ma manière de vivre dans les paroisses et dans les mouvements d'Action catholique a évolué. Ce fut au début, l'accompagnement des mouvements d'enfants, de jeunes et d'adultes, les encourageant à créer une vie d'équipe pour échanger sur leur vie quotidienne, avec l'invitation à se confronter à l’Évangile, pour éclairer leur conduite. Puis tout en assurant les responsabilités paroissiales, la fréquentation régulière de l’Évangile m'est apparue importante pour découvrir le Christ, nourrir mon engagement missionnaire et celui des chrétiens qui me sont confiés. Toute cette richesse de vie, je l'offre à Dieu dans la célébration de l'Eucharistie. C'est comme cela, qu'entre autre, je vis ma mission de pasteur qui est d'accompagner et de stimuler les chrétiens pour rendre le message du Christ plus présent à la vie des hommes et du monde.  

Lire la suite

La joie d’être prêtre

10 avril 2018

Père Roger Piffard UNE VOCATION DE PRETRE PARMI D’AUTRES A l’approche du dimanche des Vocations (22 avril) on m’a demandé de parler de ma Vocation de prêtre. Je le fais volontiers, d’autant que je n’ai pas de grands secrets à dévoiler. Lorsqu’on me demande comment est née ma Vocation, je réponds habituellement que son origine « se perd dans la nuit des temps ». Je veux dire par là qu’il n’y a pas eu un évènement défini, à partir duquel j’ai désiré être prêtre Alors que d’autres Vocations naissent sur le tard, ou à la suite de circonstances particulières ou exceptionnelles. Autrement dit, aussi loin que je remonte dans ma vie, je ne me souviens pas avoir eu d’autre projet d’avenir que celui-là. Ma Vocation, je crois que je la dois d’abord à ma famille : l’influence, l’éducation, la prière de mes parents. La Vocation, comme on dit, « ne naît-elle pas dans le coeur des mères » ? Et cela, sans que j’aie jamais eu le sentiment d’être forcé, de ressentir une pression sur moi. Non, cela s’est passé naturellement … et bien sûr, surnaturellement. Finalement, en regardant en arrière, je ne regrette pas le chemin que j’ai pris, même si tout n’a pas été facile, ni parfait. Une orientation jamais fondamentalement remise en cause ! Abbé Roger Piffard

Lire la suite

La joie d'être prêtre

4 avril 2018

Une nouvelle série débute : la joie d’être prêtre En vue du 4ème dimanche de Pâques, dimanche du Bon Pasteur, voici trois témoignages de prêtres, durant les trois prochaines semaines … Dans ma vocation, il y a une grande part de mystère, bien sûr, puisque Dieu est dans l’affaire, mais il y a une chose dont je suis sûr : c’est l’attirance pour l’Eucharistie (comme une fleur de tournesol tournée vers le soleil) qui est à l’origine de ma vocation ; ce désir date de mon enfance, et ne m’a jamais quitté ; célébrer la messe est un acte extraordinairement beau, dont je sens la très grande importance, et je ne m’habitue pas à la richesse d’un tel mystère. Quel contraste entre la pauvreté du bonhomme et la sublimité de l’acte ! Et puis j’ai découvert en devenant prêtre un autre très beau pilier de ma vie : le sacrement du pardon. A vrai dire, c’est ce sacrement qui m’avait converti, en tant que baptisé, déjà … et que j’utilise régulièrement pour continuer ma conversion ! Pas un instant, quand je confesse, je ne juge la personne qui se confesse … pas un instant je ne la culpabilise, au contraire, je suis souvent en train de lui trouver des excuses, car je sais que le risque d’être trop dur avec soi-même est plus dangereux que le risque d’être complaisant (alors que les deux sont mauvais, bien sûr). J’ai appris, avec le « métier », à respecter la relation particulière et intime...

Lire la suite

Piliers du Carême

20 mars 2018

Le trésor du jeûne Dans l’Evangile du mercredi des Cendres, Jésus nous a donné trois axes pour nous préparer comme il faut à la grande joie de Pâques : la prière, le partage et le jeûne, pour que soit plus belle et plus juste notre relation avec Dieu (la prière), notre relation avec les autres (le partage), notre relation avec nous-mêmes (le jeûne), cette semaine, réjouissons-nous du grand trésor du jeûne … Qu’est-ce que le jeûne ? Au départ, c’est simplement la privation substantielle de nourriture (ce qui ne veut pas dire absence totale de nourriture, si cela s’avérait impossible !) ; et puis, assez souvent dans l’Ecriture, il est question de l’esprit du jeûne, car ceux à qui les prophètes s’adressent pratiquaient strictement tous les jeûnes prescrits, mais dans un esprit pas toujours juste … Aujourd’hui, la question se pose différemment : nous avons tendance à beaucoup parler de l’esprit du jeûne … sans jeûner ! Ah ! si nous pouvions retrouver un équilibre … Bien entendu, on peut élargir la notion de jeûne (pourvu qu’on n’oublie pas le jeûne de nourriture), comme cette fameuse année où le pape Jean-Paul II préconisait un jeûne de télévision ! Chacun de nous trouvera facilement quel est le jeûne dont il a besoin, pour être plus forts dans le combat spirituel. Et l’abstinence ? Elle est la privation de viande, le vendredi, simplement pour que nous pensions tous ensemble ce jour-là à la Passion de Jésus : elle n’est pas une pénitence personnelle...

Lire la suite