Paroisse Saint-René-en-Pays-Segréen Presbytère – 24, rue de La Madeleine – 49500 SEGRE – 02 41 94 41 16 Centre Pastoral – 2, rue Léon Foucault - 49500 SEGRE – 02 41 92 16 49

Mois de juin, mois du Sacré-Coeur … avec Sainte Faustine

19 juin 2018

Hélène Kowalska est née en Pologne en 1905. Sa vocation religieuse, lorsqu’elle se fait jour, la conduit en 1925 chez les soeurs de la Miséricorde divine, sous le nom de Soeur Marie-Faustine : ce fait montre une fois de plus que les apparitions du Sacré-Coeur et son message sur la miséricorde ne sont pas une originalité, mais plutôt une étape déterminante dans un plan de Dieu, longuement déployé, avec la grande patience qui caractérise notre Créateur (on l’avait déjà noté la semaine dernière, avec Sainte Marguerite-Marie !). Ainsi préparée par Dieu à recevoir un message particulier, elle rencontrera Jésus d’une manière dont nous profitons encore aujourd’hui. « Tu es la secrétaire de Ma miséricorde, Je t'ai choisie pour cette fonction dans cette vie et dans la vie future,» lui a dit Jésus : n’est-ce pas une phrase qui s’adresse à chacun de nous ? La vie des saints n’est pas faite pour être admirée béatement, mais pour que nous nous inspirions du modèle, et que nous-mêmes, appelés à la sainteté, nous fassions à notre manière, à notre mesure, le « travail » des saints ! Chacun de nous est le «secrétaire de la miséricorde », le secrétaire du Coeur de Jésus. « Lorsqu’une âme s’approche de moi avec confiance, je la comble de tellement de grâces qu’elle ne peut les contenir toutes et qu’elle les projette sur d’autres âmes », lui a encore dit le Ressuscité. Cela veut dire que, finalement, au lieu de nous attarder sur nos défauts, nos manques,...

Lire la suite

Mois de juin, mois du Sacré-Cœur … avec Sainte Marguerite-Marie

6 juin 2018

Contrairement à des idées reçues, le culte du Sacré-Cœur est aussi ancien que l’Evangile (souvenez-vous du sang et de l’eau qui s’échappent du cœur transpercé, et de ce que Jésus dit de son cœur « doux et humble»;cependant, il est vrai aussi que plus généralement le feu des premiers moments connaît des hauts et des bas, et c’est pourquoi le Seigneur suscite à différentes époques de quoi rallumer le feu !C’est ce qui s’est produit avec le XVIIème siècle : au moment où Marguerite Alacoque naît (1647), Saint François de Sales avait fondé la Visitation (1610) en précisant qu’il s’agissait d’un « ouvrage du Cœur de Jésus », saint Jean Eudes avait composé une messe en l’honneur du cœur de Jésus, sans compter les innombrables écrits sur le même « sujet », par saint Bonaventure, saint Augustin, Saint Bernard … Avant son entrée à la Visitation de Paray-le-Monial (1671), Sainte Marguerite avait déjà été favorisée de visions et de locutions, mais c’est à cet endroit qu’auront lieu les «grandes » apparitions, celles dont on vit encore aujourd’hui et qui nous disent essentiellement ceci : Jésus veut rappeler aux hommes de ce temps –et d’aujourd’hui !- que Dieu a un cœur et que ce cœur est débordant de tendresse pour nous et qu’il saigne de ne trouver en retour qu’une certaine froideur, une certaine indifférence, et comme si nous ne nous rendions pas compte à quel point nous avons besoin de l’amour divin ; Jésus parle aussi des outrages faits à son...

Lire la suite

Mois de juin, mois du Sacré-Coeur

29 mai 2018

Etant donné que le samedi précède le dimanche (c'est un scoop !), l'honneur rendu à la Vierge Marie par l'Église a lieu traditionnellement le samedi alors que nous fêtons la résurrection du Sauveur le dimanche ; dans une logique semblable, le mois de mai dédié à Marie nous prépare au mois de juin dédié à Jésus, et particulièrement à son cœur sacré. Le Pape François nous a fait le cadeau d'une année de la miséricorde, chaque mois de juin est un rappel du mystère de la miséricorde de Dieu : nous nous rappelons que dans "miséricorde" il y a le mot  "misère", qui désigne notre condition à la fois de souffrance et de péché, et le mot "cordis" en latin qui signifie le cœur ; le coeur de Dieu, le cœur de Jésus s'intéresse à notre condition et nous veut du bien... le mois de juin est donc une plongée dans le cœur de Jésus, où chacun de nous a sa place ; nous pouvons ainsi bénéficier de sa tendresse et de sa vérité, qui à la fois nous fait du bien par sa bienveillance et sa bonté, et en même temps brûlent nos péchés d'un seul regard, pourvu que nous nous exposions à ce regard dans le sacrement du pardon et dans la prière régulière. Dans les prochaines semaines, nous allons demander à trois saints de bien vouloir nous introduire au mystère du cœur de Jésus, qui est tellement important pour nous et pour ceux à qui nous allons humblement...

Lire la suite

Saint Bernard nous parle de Marie

22 mai 2018

Ô toi, qui que tu sois, qui te sais vacillant sur les flots de ce monde parmi les bourrasques et les tempêtes, plutôt que faisant route sur la terre ferme, ne détourne pas les yeux de l’éclat de cet astre, si tu ne veux pas te noyer durant les bourrasques. Si surgissent en toi les vents des tentations, si tu navigues parmi les écueils des épreuves regarde l’étoile, appelle Marie. Si tu es ballotté sur les vagues de l’insolence et de l’ambition, du dénigrement ou de la jalousie, regarde l’étoile, appelle Marie. Si la colère, l’avarice ou les désirs de la chair secouent l’esquif de ton âme, regarde vers Marie. Si, troublé par la démesure de tes crimes, confus par l’infection de ta conscience, terrifié par l’horreur du jugement, tu commences à sombrer dans le gouffre de la tristesse, l’abîme du désespoir, pense à Marie. Dans les dangers, les angoisses, les incertitudes, pense à Marie, appelle Marie. Qu’elle ne s’éloigne pas de ton cœur. Et pour être sûr d’obtenir le suffrage de ses prières, ne néglige pas l’exemple de sa vie. En la suivant, tu ne t’égares pas ; en la priant tu ne désespères pas ; elle te tient, tu ne t’écroules pas ; elle te protège, tu ne crains pas ; elle te guide, tu ne te lasses pas ; elle te favorise, tu aboutis. Ainsi par ta propre expérience tu sais à quel point se justifie la parole : “Et le nom de la Vierge était Marie” ABBE...

Lire la suite

Soeur Sabine-Marie, du Carmel d’Angers

18 mai 2018

« Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière Avec Marie, Mère de Jésus »(Ac 1;14) En ce dimanche de Pentecôte, nous voici au Cénacle, assidus à la prière,dans l’attente de l’Esprit promis, fruit de l’amour du Père et du Fils. Marie est au milieu de nous. Marie prie avec nous. Qui, mieux qu’elle, pourrait nous apprendre à tenir nos cœurs totalement disponibles pour y laisser entrer le grand Souffle, elle à qui l’Ange avait annoncé : « L’Esprit Saint viendra sur toi… »(Lc 1;35) A l’heure de la Croix, comme au disciple bien-aimé, Jésus nous a donné Marie : « Voici ta Mère »(Jn 19;27). Aujourd’hui, le pape François demande que, chaque année, le lundi de Pentecôte, soit célébrée la mémoire de Marie Mère de l’Eglise. Alors, en Eglise, intensifions encore notre attachement filial envers Marie et recevons-la de nouveau comme notre Mère. Regardons-la et prions-la. Demandons-lui de nous éduquer dans la vie spirituelle comme une maman éduque son enfant. Elle-même est fille du Très-Haut. Elle nous enseignera à nous tenir dans la main du Père, avec confiance et abandon, et à être véritablement enfants de Dieu, par l’Esprit Saint qui fait de nous des frères.

Lire la suite

Mon Dieu, je crois …

8 mai 2018

Dimanche dernier, les enfants du Segréen ont fait leur profession de Foi : moment émouvant où la jeune génération commence à reprendre le flambeau ; aujourd’hui, c’est le 13 mai, fête de Notre-Dame de Fatima, comment ne pas penser à la « prière de l’Ange », cette prière apprise aux jeunes bergers, dont le texte est de nature à nous aider à vivre pleinement notre baptême : en ce jour béni, Dieu nous a fait don de la Foi, de l’Espérance et de la Charité, et la sainteté n’est rien d’autre que l’épanouissement de ces trois vertus théologales ; redisons avec foi cette splendide prière, si simple et si réaliste : « Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime, je vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, n’adorent pas, n’espèrent pas et ne vous aiment pas » P. Emmanuel d’Andigné

Lire la suite