Paroisse Saint-René-en-Pays-Segréen Presbytère – 24, rue de La Madeleine – 49500 SEGRE – 02 41 94 41 16 Centre Pastoral – 2, rue Léon Foucault - 49500 SEGRE – 02 41 92 16 49

Le mariage est un cadeau

14 novembre 2018

Le mariage est un cadeau que l'époux fait de lui-même à son épouse, le mariage est un cadeau que l'épouse fait d'elle-même à son époux. Le mariage est un cadeau que Dieu fait aux époux, il leur partage son propre amour, qui s'appelle "le Saint-Esprit", car les époux s'aiment du même amour que celui qui est en Dieu. Le mariage est un cadeau que les parents font à leurs enfants, leur offrant un père et une mère et l'équilibre des deux. Le mariage est un cadeau que les époux font à leur paroisse : en effet, l'essentiel de la vie chrétienne est une alliance, n'est-ce pas, entre Dieu et chacun de nous, de sorte que les spirituels nous parlent de "mariage spirituel", pour désigner un très haut degré d'union à Dieu dans la prière. On pourrait dire -grâce aux époux- que la vie chrétienne est un mariage, où l'époux serait Dieu et dirait à chacune de nos âmes "veux-tu m'épouser" ? Dans le bonheur et dans les épreuves, dans la santé et dans la maladie, tous les jours de ta vie ! " Et lorsque nous avons répondu "oui", vient le temps de la fidélité et des jours sans éclat, des petites choses du quotidien, vécues par amour et non par confort, qui mises bout à bout forment un chapelet : au début de ce chapelet, une croix, par laquelle Jésus, époux de nos âmes, nous dit "ceci est mon corps livré pour toi" ; au bout du chapelet, toujours la...

Lire la suite

11 NOVEMBRE 1918 – 11 NOVEMBRE 2018 : CENT ANS DÉJÀ !

7 novembre 2018

En ce 100ème anniversaire, on a raison bien sûr, de célébrer tout particulièrement l’armistice ; de rendre hommage aussi aux morts de la Grande Guerre. Pourtant, ne peut-on pas en même temps se dire : que de massacres on aurait sans doute pu éviter ! Dans les communes françaises, de 1914 à 1918, on a vécu un deuil quasi-continuel : Quand un soldat était tué, on se disait : A quand le prochain ? Les listes impressionnantes de noms sur les monuments aux morts sont là pour en témoigner. Alors, depuis 1945, on essaie de prendre les moyens pour éviter une nouvelle guerre mondiale : - La dissuasion nucléaire, pour décourager à l’avance un éventuel agresseur ; - Et puis – ô miracle – la France et l’Allemagne, remplaçant par l’amitié leur haine réciproque, cela au sein d’une Europe unie ; - Le Saint Pape Paul VI, quant à lui, nous invite à prendre de la hauteur : conscient des injustices qui nourrissent les divisions dans le monde, il nous demande de faire en sorte que « le développement soit le nouveau nom de la paix ». « Dieu qui as révélé au monde que les artisans de paix seront appelés tes fils, aide-nous à rechercher toujours cette justice qui seule peut garantir aux hommes une paix solide et véritable » (oraison de la messe pour la paix) Abbé Roger Piffard

Lire la suite

Le mois de novembre est un grand appel à la sainteté!!

2 novembre 2018

Bien sûr aujourd'hui nous fêtons la résurrection de Jésus, comme chaque dimanche, car toutes les semaines pour nous sont des semaines saintes ! Cependant si nous n'étions pas dimanche, nous fêterions aujourd'hui Saint Charles Borromée, qui a renoncé à une vie de confort, de plaisir et de richesse qui s'ouvrait devant lui pour mettre en oeuvre une réforme extrêmement importante pendant et après le concile de Trente, à la fin du 16e siècle : un renouveau personnel qui a permis le grand Renouveau Quant à nous, nous voici plus de 50 ans après le Concile Vatican II, qui nous a rappelé que nous étions tous appelés à la sainteté : cette réforme de l'Eglise qui est toujours à refaire commence évidemment par notre réforme à nous, dans le quotidien, et peut-être par exemple cette année au moyen d'une retraite de Saint-Ignace ou une retraite fondamentale dans un Foyer de Charité ou encore autre chose ; un vieil adage dit "Ecclesia semper reformanda" (il faut sans cesse reformer l'Eglise), peut-être pourrions-nous en faire un pastiche en disant "Cristianus semper reformandus" c'est-à-dire "un chrétien est toujours en situation de conversion" Un journaliste a demandé un jour à Mère Teresa : "selon vous, quelles sont les deux premières choses à réformer dans l'Église ?" Elle a répondu : "vous et moi"

Lire la suite

La cascade de la sainteté

24 octobre 2018

Nous avons un point commun avec les Églises protestantes, l'affirmation selon laquelle un seul est vraiment Saint au sens plénier du terme et qu'il s'agit de Dieu lui-même ! Cependant, nous avons une différence avec eux, et c'est une richesse dont nous devons leur faire cadeau : on pourrait l'appeler la "cascade de la sainteté" ...Il n'y a qu'une seule sainteté, celle de Dieu, et on pourrait comparer celle-ci à de l'eau, dont la nature est de se répandre, pour abreuver, purifier, rafraîchir... l'unique sainteté de Dieu s'est répandue dans l'humanité de Jésus, puis de Jésus dans le cœur des apôtres, puis à la suite des apôtres dans toutes les générations chrétiennes et nous pensons en particulier à Saint Ignace de Loyola, qui a répandu dans le cœur des Jésuites le désir de répandre la sainteté de Dieu dans l'humanité de ceux qu'ils évangélisaient et en particulier bien sûr saint René Goupil puis sainte Kateri Tekakwitha et enfin nous autres... dont nous connaissons parfaitement les défauts, mais aussi cette capacité -et ce désir- de faire couler cette "eau" tout autour de nous, pour abreuver rafraîchir et purifier ... gratuitement, bien sûr, car ce n'est pas notre sainteté que nous répandrions alors, mais plutôt celle de Dieu !                         Bonne fête de la Toussaint !

Lire la suite

le gâteau de la Toussaint n’est pas qu’un gâteau !!!

18 octobre 2018

A partir d'aujourd'hui et jusqu'au 11 novembre inclus, le gâteau de la Toussaint sera à nouveau disponible dans le Haut Anjou ! Un très grand nombre de personnes estiment que le mot "Toussaint" est associé à la mort et à la tristesse, de sorte que évangéliser ce mot (autrement dit lui redonner son caractère évangélique) est une urgence missionnaire ! En effet, chaque personne qui achètera ce gâteau fera connaissance (grâce à des images fournies par la paroisse) avec un saint ou une sainte et fera connaissance aussi avec ce qu'est réellement la Toussaint, c'est-à-dire le fait que nous avons deux espérances : la première qui est celle de pouvoir donner le meilleur de nous-mêmes dans la sainteté et la seconde qui est d'être sûrs de la Résurrection pour nos morts et pour nous-mêmes ! Mais à vrai dire, ces deux espérances n'en font qu'une : notre espérance est en Jésus, qui est mort et ressuscité d'entre les morts ; il est le seul Saint au sens parfait du terme et il est la source de notre joie ! Une joie que nous sommes heureux de partager ... bon appétit!!

Lire la suite

Sainte Katéri Tékak-witha, le « Lys des Agniers »

14 octobre 2018

En 1656, une petite fille naît dans le village de Ossernenon, au Nord des USA, un village iroquois où un certain René Goupil, 14 ans plus tôt (29 septembre 1642) a donné sa vie pour faire connaître et aimer Jésus : « le sang des martyrs est une semence de chrétiens » ! Surnommée Tékakwitha à sa naissance (« celle qui s’avance prudemment »), elle demandera le baptême et l’obtiendra à l’âge de 20 ans, et reçoit alors le nom de « Katéri », c’est-à-dire Catherine, tel que prononcé à l’iroquoise (les français nommèrent cette tribu iroquoise –Mohawq- les « Agniers »… Commence alors une très intense vie de prière et de service des plus pauvres et des malades : le chapelet est sa prière quotidienne, et sa bonté impressionnera tous ceux qui la côtoieront : mais souvenez-vous, Saint René Goupil a évangélisé ce village en soignant et en prenant soin, tel maître tel disciple ! Lorsqu’elle passe de ce monde à la Lumière sans fin (en 1680), elle a 24 ans, comme une sainte célèbre qu’on ne présente plus ! Sa dernière parole fut « Jésus, je vous aime !*». Il se produit alors un phénomène qui frappa ses contemporains : son visage pourtant très défiguré par la maladie transmise par ses parents redevient incroyablement lisse et plusieurs guérisons se produisent à ce même moment. C’est le Pape Benoît XVI qui la canonise en 2012, elle est la première indienne des Etats Unis à être ainsi placée sur les autels....

Lire la suite