Paroisse Saint-René-en-Pays-Segréen Presbytère – 24, rue de La Madeleine – 49500 SEGRE – 02 41 94 41 16 Centre Pastoral – 2, rue Léon Foucault - 49500 SEGRE – 02 41 92 16 49

Tous les baptêmes se font par étape

1 juillet 2021

En ce beau jour du 4 juillet, des enfants de la paroisse vont franchir la première et la deuxième étape de leur baptême, cependant nous devons nous souvenir toujours que quel que soit l'âge que nous avons, notre baptême est une succession d'étapes, et que l'acte qui consiste à verser de l'eau en disant "je te baptise au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit" n'est pas du tout magique : la grâce de Dieu fait l'essentiel du travail, c'est vrai, mais la validation par l'homme de ce que Dieu a fait en lui produit un fruit de grâce que l'on peut à proprement nommer "baptême" et à la fin du processus "sainteté". il faudrait donc que nous nous inspirions de la simplicité et de la droiture de l'enfance, en ce beau jour de juillet, et que toute notre vie ne soit qu'un long catéchuménat adulte, une succession d'étapes dans l'amour vrai, une conversion permanente, et le partage de notre trésor. Un baptême qui ne progresse pas disparaît de lui-même. A son époque, Saint Pierre a déclaré : "être baptisé, ce n'est pas être purifié de souillures extérieures, c'est s'engager envers Dieu avec une conscience droite et ainsi participer à la résurrection de Jésus-Christ (à cette période,le judaïsme était très préoccupé de pureté rituelle) ... il aurait sans doute déclaré aujourd'hui : "être baptisé, ce n'est pas s'en tenir à deux ou trois préceptes de morale ni se reposer paresseusement sur une relation destinée à nous faire du bien,...

Lire la suite

Le trésor de l’amitié

24 juin 2021

Depuis la plus haute antiquité, les philosophes ont chanté cette chose merveilleuse que d'avoir un ami, que d'avoir des amis. On connaît bien les trois sortes d'amitié dont parle Aristote par exemple : l'amitié en vue du plaisir, l'amitié en vue de l'intérêt, et l'amitié désintéressée de celui qui nous aide à grandir dans la vertu. En ce qui concerne notre amitié avec Dieu, elle a véritablement pu commencer la veille de la mort de Jésus lorsqu'il a dit : « je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ignore ce que veut faire son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j'ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître ». Face à cette phrase, la philosophie reste bouche bée, car en principe il y a trop de différence entre Dieu et l'homme pour que l'on puisse parler d'amitié au sens philosophique du terme … mais à partir du moment où le Fils de Dieu, Dieu lui-même, seconde personne de la Sainte Trinité, nous dit qu'il décide de devenir notre ami, grâce à son humanité qu’il partage avec nous, alors toutes les règles de l'amitié s'appliquent entre lui et nous : le plaisir d'être avec Dieu, le grand intérêt de le connaître puisqu’il nous sauve du péché et de la mort, et puis bien sûr l'amitié désintéressée de ce Dieu qui n'a pas besoin de nous et qui gratuitement nous fait grandir par amour. Il faut saisir toutes les occasions aujourd'hui, dans une ambiance...

Lire la suite

La lettre à Proba

18 juin 2021

Le célèbre Saint-Augustin (394-430) a écrit une longue lettre à une certaine Proba, alors que celle-ci s'interrogeait sur l'art de la prière. Il se trouve par ailleurs que le pape Benoît XVI a déclaré pendant son pontificat, dans l'une de ses formules dont il avait le secret : "les chrétiens au 21e siècle se distingueront par l'art de la prière". Je vous recommande donc de profiter de l'été qui naît pour parcourir cette lettre remarquable, qui est assez courte, très claire, et ainsi grandir dans l'art de la prière. Faites-le gratuitement, pour vous-mêmes, et parce que ce sera bon pour votre amitié avec le Seigneur... et aussi pour rendre un immense service à ceux qui vont chercher un sens, un contact avec Dieu, une explication qui en fait n'en n'est pas une, car ce n'est pas tant d'explications dont nous avons besoin, que de la présence de Dieu qui nous aime, et qui établit mystérieusement une amitié avec nous ; voici le tout début de cette lettre qu'on trouve facilement sur Internet "1. Je me rappelle que vous m'avez demandé et que je vous ai promis de vous écrire quelque chose sur la prière : grâce à Celui que nous prions, j'en ai le temps et le pouvoir ; il faut donc que je vous paye ma dette et que je serve votre zèle pieux dans la charité du Christ. Je ne puis vous dire combien je me suis réjoui de votre demande même ; elle m'a fait connaître quel soin...

Lire la suite

Offrir une messe ?

10 juin 2021

Commençons par donner le cadre : Notre Seigneur bien-aimé Jésus, le Christ, a offert une fois pour toute sur la croix le Sacrifice qui sauve le monde, car il est vraiment Dieu et vraiment homme, véritablement capable et seul capable de faire que Dieu sauve l'homme. Ce sacrifice est renouvelé de façon non sanglante par la messe, et c'est donc l'offrande de Dieu, si on peut dire. L'offrande des fidèles, quant à elle, est donc avant tout une offrande spirituelle : chaque fidèle s'associe au grand sacrifice de Jésus en s'offrant lui même, à l'instar de la goutte d'eau que le prêtre verse dans le calice de vin (le vin représente le sacrifice de Jésus). Depuis la nuit des temps, cependant, les fidèles profitent de l'occasion d'une messe (ou un baptême ou autre) pour aider les prêtres et les paroisses "à vivre" : selon les cultures, ce sont des dons en nature ou de l'argent... mais quel que soit le moyen, il s'agit de réalisme spirituel, et vous êtes nombreux à en faire preuve, grâce au panier du presbytère, la quête, le denier et ... l'offrande de messes ! Et c'est là que nous revenons au point de départ : lorsque l'on demande qu'une messe soit célébrée pour un défunt ou pour des personnes vivantes, on contribue à ce que cette personne bénéficie directement de la grâce du sacrifice de la messe, ce qui est donc un énorme cadeau pour elle ! Je vous encourage donc beaucoup à faire dire des...

Lire la suite

Quelques phrases du Saint Curé d'Ars sur l'Eucharistie

2 juin 2021

« Qu’est-ce que le Seigneur fait dans le tabernacle ? Il nous attend. » « Dieu ne peut se résoudre à nous laisser seuls sur la terre. Il descend sur nos autels où Il nous attend nuit et jour. » « Dieu n’a pas besoin de nous : si Dieu nous commande de prier, c’est qu’Il veut notre bonheur, qui ne peut se trouver que là ; Il nous aime tant qu’il se réjouit lorsque Il nous voit venir. » « Il est là ! Oui mes frères, Notre Seigneur est là, exposé sur l’autel, oui ! » « Il n’y a pas de sujet de doute que Notre Seigneur est dans la Sainte Eucharistie, on sait bien qu’Il y est, on le sent bien. » « Si nous étions pénétrés de la présence de Notre Seigneur, qui est là, sur nos autels, avec ses mains pleines de grâces, cherchant à les distribuer, avec quel respect nous serions à Sa Sainte Présence ! » « Notre Seigneur est là dans le sacrement de son Amour, qui soupire et intercède sans cesse auprès de son Père pour les pécheurs… Il est là pour nous consoler… Lorsqu’il voit venir avec empressement les âmes pures, Il leur sourit. Allons mon âme, redouble d’ardeur ! Tu es seule pour adorer ton Dieu. Ses regards se reposent sur toi seule. »

Lire la suite

Le casse-tête de la Trinité

28 mai 2021

La plus mauvaise façon d'aborder le mystère de la Sainte-Trinité est de considérer chacune des personnes divines, le Père le Fils et le Saint- Esprit comme des nombres, qu'on ajoute ou que l'on divise ou que l'on multiplie ... une très belle façon d'aborder le mystère de la Sainte Trinité est d'entrer en contact avec elle, comme l'a si bien fait la bienheureuse Élisabeth de la Trinité (1880-1906) ! je vous suggère de découvrir cette sainte, qui est de Dijon, et qui évidemment a écrit beaucoup de choses sur le mystère de la Sainte-Trinité mais qui surtout a vécu concrètement une prière qui la mettait en relation avec le Père, avec le Fils, avec le Saint-Esprit, à la fois tour à tour et dans son ensemble, qui est l'unique Dieu. Ce n'était pas de la théologie, c'était une expérience simple dans la prière. Cette berrichonne passera sa vie à Dijon où son père militaire avait été envoyé en garnison. Elle est très vive, passionnée, coléreuse. Elle a sept ans quand meurt son père. C'est un drame pour elle et elle veut se convertir, soutenue par sa mère qui l'aide à lutter contre son caractère difficile. Dans la bonne société dijonnaise, c'est une charmante jeune fille, premier prix de piano, recherchée par les bonnes familles pour l'un de leurs garçons. Mais elle a choisi une autre orientation pour sa vie. Elle veut vivre 'en oraison continuelle', puisque Dieu est présent en son cœur. Malgré l'opposition de sa mère, elle peut entrer au...

Lire la suite