Paroisse Saint-René-en-Pays-Segréen Presbytère – 24, rue de La Madeleine – 49500 SEGRE – 02 41 94 41 16 Centre Pastoral – 2, rue Léon Foucault - 49500 SEGRE – 02 41 92 16 49

La fausse et la vraie joie

11 décembre 2019

Saint Ignace de Loyola, qui un jour fut cloué au lit par une blessure de guerre, fut bien obligé, malgré son tempérament, de «tuer le temps» en lisant de nombreux livres ... Il s’aperçut à cette occasion que les romans de chevalerie lui procuraient une joie immédiate, une espèce de jouissance rapide, mais qui finalement, très peu de temps après, le laissait triste, assez profondément. Dans la même période, il lui arrivait de lire la vie des saints, qui lui procurait joie, aussi, mais il constata assez rapidement que la joie de ces livres-là durait, d’une manière suave et forte: il découvrait alors ce qu’il a appelé la «diversité des esprits». Cette expression–diversité des esprits-signifie que nous sommes «traversés» par deux «courants» possible, l’esprit du démon et l’Esprit de Dieu: le premier provoque immédiatement certains plaisirs, même intérieurs, il exalte la puissance, le pouvoir et l’orgueil, il «excite», il est plutôt du côté du bruit et de l’affirmation de soi; le second, l’Esprit de Dieu, provoque quelque chose qui relève surtout de la paix, et dont la joie durable «rejoint» d’autres bonnes choses en nous («amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi» dit par exemple Saint Paul aux Galates, chapitre 5), car il provoque en fait l’unité intérieure, et le désir de l’unité avec les autres. Le troisième dimanche de Carême (du «Gaudete», «réjouissez-vous») est le dimanche de la vraie joie!      Abbé Emmanuel d’Andigné, curé de la paroisse

Lire la suite

Le scotch double-face

4 décembre 2019

La Foi, l'Espérance et la Charité peuvent être comparés à beaucoup de choses beaucoup plus nobles certainement, mais le scotch double-face présente quelques avantages !Prenons l'exemple de la Foi : au jour de notre baptême, nous recevons ce don, cette grâce, de pouvoir croire en Dieu alors qu'on ne le voit pas ; or il se trouve que notre intelligence, qui est en quelque sorte l'écrin sur lequel repose le diamant de la Foi, est habituée à analyser à partir des informations que lui donnent les cinq sens ... mais étant donné que nous ne voyons pas, que nous ne sentons pas, que nous ne touchons pas, que nous ne goûtons pas et nous n'entendons pas Dieu, alors l'intelligence reçoit le jour du baptême la première "face" du "scotch" de la Foi, et comme dans le scotch double-face, une fois qu'on l'a collé sur l'un des côtés, il faut décoller l'opercule qui permet l'adhésion à la couche supérieure ... alors notre intelligence peut "adhérer" à Dieu, dire des choses qui sont vraies sur lui, bien qu'une "épaisseur" la sépare encore un peu de Dieu, une certaine incertitude que l'on appelle la nuit de la foi !Nous sommes certains que Dieu est là et la Foi nous renseigne avec précision sur lui, mais notre intelligence ne peut pas encore voir Dieu comme elle peut "voir" le reste... ça, ce sera pour le Ciel !Jésus a joué ce rôle de "double-face", lui qui est vraiment homme et vraiment Dieu, lui qui adhère complètement...

Lire la suite

Les trois outils

27 novembre 2019

Sans aucunement mépriser les questions d’argent (car l’argent est le résultat du travail et respecter l’argent, c’est en fait respecter le travail et celui qui le réalise), il faut bien dire tout de même que le grand trésor que nous avons tous est Dieu lui-même, c’est notre grande richesse, à tous. Nous sommes riches de ce que nous donnons, car à quoi sert l’Église, sinon à donner Dieu. Cependant, ce trésor est enfoui très profondément dans ce que la Bible appelle le «cœur», c’est –à-dire le lieu le plus profond en nous, là où nous avons très difficilement accès: on appelle ce lieu aussi la conscience, ce «sanctuaire de l'homme, le lieu où il est seul avec Dieu et où sa voix se fait entendre », comme dit le Concile Vatican II, GS 16). Voilà pourquoi il nous faut trois outils pour rejoindre Dieu lui-même, pour le toucher, pour l’atteindre: ces trois outils sont la Foi, l’Espérance et la Charité.On appelle ces trois outils des vertus théologales, ce qui est une façon compliquée de dire quelque chose de très simple: «vertu» signifie «force» et «théologal» signifie «qui nous met en relation avec Dieu». La Foi est un don de Dieu, l’Espérance aussi et combien également la Charité! Trois forces que Dieu nous donne. Les catéchèses de l’Avent vont nous permettre de préciser tout ça, à la fin des messes du 1er, du 8 et du 22 décembre ...       Abbé E. d’Andigné curé de la paroisse

Lire la suite

Mais où va l’argent de la quête ? 2e épisode

15 novembre 2019

Lorsque la quête est faite lors d'un baptême ou d'un mariage, son traitement est le même que pour une messe ordinaire. En revanche, les quêtes de sépultures ont utilisées d'une manière particulière : en effet, grâce à cet argent, la paroisse verse une intention de messe par jour à chaque prêtre qui est à son service ; s'il s'avère qu'il y a plus d'argent qu'il n'en faut pour que les prêtres reçoivent leurs honoraires quotidiens, la paroisse envoie l'argent supplémentaire au diocèse, qui peut ainsi donner aux prêtres qui en ont besoin une intention de messe par jour.Cependant il y a les fameuses quêtes impérées! Vous avez peut-être déjà entendu ce mot ... qui signifie tout simplement que le diocèse fixe le calendrier de ces quêtes spéciales et reçoit la totalité de la somme collectée. La quête n'est pas du tout pour la paroisse, mais affectée à un objet particulier comme le CCFD, les journées missionnaires ....., il y en a 13 au cours de l'année.Et enfin tournons-nous vers les jeunes générations : en effet une application existe sur l'App Store ou sur Play store et qui s'intitule la quête; on la télécharge sur son smartphone, on entre ses coordonnées bancaires, on choisit une église préférée (Segré, pour simplifier) et à chaque fois qu'on le veut, un petit clic fait beaucoup de bien à la paroisse! Et en plus, on peut le faire à distance...    ABBE EMMANUEL D’ANDIGNE,CURE DE LA PAROISSE

Lire la suite

Mais où va l’argent de la quête ???

6 novembre 2019

Quand la quête est récoltée, à la fin d’une messe, elle est très rapidement comptée et déposée à la banque par sécurité; l’argent ainsi récolté est mis sur un compte géré par la paroisse et contrôlé par le diocèse, qui lui-même est contrôlé par un commissaire aux comptes. Pour éviter, cependant, que certaines paroisses deviennent riches ou pauvres, et pour éviter qu’il y ait des prêtres riches et d’autres pauvres, l’Eglise a mis en place un système dont le principe est simple (l’égalité de traitement) mais dont le fonctionnement est complexe: la péréquation; autrement dit, tous les prêtres, par exemple, reçoivent la même somme d’argent pour qu'ils puissent vivre au quotidien ... et d'ailleurs, saviez-vous qu'un évêque reçoit autant d'argent qu'un prêtre ? Eh bien maintenant vous le savez!Mais bien sûr, tout l'argent ne va pas aux prêtres ! Il sert également à payer les Leme (laïcs en mission ecclésiale), les employés de maison et les différentes personnes qui travaillent pour le diocèse; on comprend aisément que pour assurer tous ces salaires, il faut que le diocèse gère à son niveau certains comptes pour une répartition équitable.Au regard de l’État, c’est le diocèse qui embauche –le diocèse est considéré comme une association-, même si ce sont les paroisses qui concrètement font face aux dépenses.Mais avec tout ça, il reste malgré tout encore un peu d'argent, qui permet aux paroisses de payer les charges: chauffage, électricité,courses, matériel liturgique, photocopieuses, papier et toutes sortes de fournitures nécessaires pour la vie d'une paroisse ......

Lire la suite